Menu
A+ A A-

FAQ

Nous présentons régulièrement sur cette page certaines des questions posées à notre hot-line ainsi que les réponses données par l’équipe Lavaris-Lake. Ainsi se constituera au fil du temps une véritable archive qui sera à la disposition de nos clients ainsi que de tous ceux qui s’intéressent à l’entretien des bassins et sont toujours curieux d’en savoir plus sur cette question. Peut-être trouverez-vous aussi dans cette rubrique des informations particulièrement intéressantes pour vous, voire le moyen de résoudre un problème qui vous préoccupe actuellement.

Depuis quelques jours, l’eau de mon bassin a carrément viré au vert foncé et elle est beaucoup moins transparente qu’avant. A quoi cela tient-il ?

J’ai un bassin de 10 m3 dans lequel il y a une quarantaine de poissons. Combien de poissons peut-il y avoir au maximum dans mon bassin ?


J’envisage la construction d’un bassin dans mon jardin. Quand le bassin sera fini, j’aimerais planter des plantes aquatiques sur les bords. Est-il possible d’utiliser pour cela du terreau ou de la  terre végétale ?

J’ai  planté des nénuphars dans mon bassin au printemps. Ces nénuphars ne poussent toutefois que très lentement et rien ne laisse présager leur croissance, sans parler d’une floraison magnifique. Que puis-je faire ?

Il y a maintenant deux ans que j’ai installé un système de filtration dans mon bassin. Un de mes amis m’a dit récemment que non seulement un filtre retenait les matières en suspension dans l’eau, mais qu’il favorisait aussi la dégradation de substances toxiques pour les poissons. Est-ce que c’est vrai ?


J’ai entendu dire par plusieurs personnes que l’utilisation de filtres UV dans mon bassin pourrait me permettre de lutter efficacement contre les algues. Quelles sont les précautions à prendre avec les appareils de ce type ?

J’ai mis dans mon jardin une très grande cuve dans laquelle je recueille l’eau de pluie qui s’écoule du toit de ma maison afin de l’utiliser pour remplir mon bassin. Est-il nécessaire que je prenne certaines précautions ?


Nous ne voudrions par vider notre bassin pendant l’hiver. Que pouvons-nous faire pour qu’il continue d’être agréable à regarder pendant la mauvaise saison et pour que la faune et la flore du bassin n’aient pas trop de problèmes ?


L’eau de notre bassin a souvent tendance à se troubler. Les valeurs mesurées à l’aide de papiers pH et KH sont normales. Par ailleurs, nos poissons se portent bien et les plantes ne semblent pas affectées non plus. Quelle peut être la cause de cette turbidité et que pouvons-nous faire pour y remédier ?


Nous possédons un bassin depuis quelques années et n’avions encore jamais eu de problèmes d’algues. Au printemps dernier, nous avons utilisé comme décoration des pierres naturelles provenant de la démolition d’une ancienne étable. Depuis lors, nous avons des algues en permanence. Se peut-il qu’il y ait un rapport avec les pierres ?

Nous avons un petit bassin qui est majoritairement alimenté par de l’eau de pluie. Malheureusement, les plantes aquatiques ont tendance à végéter et les poissons rouges paraissent languissants. A quoi cela peut-il tenir ? L’eau de pluie est pourtant bien une eau de bonne qualité.

Question :

Depuis quelques jours l’eau de mon bassin a carrément viré au vert foncé et elle est beaucoup moins transparente qu’avant. A quoi cela tient-il ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
En général, la coloration d’une eau en vert foncé et sa turbidité sont imputables à la prolifération soudaine des algues. Ceci s’explique vraisemblablement par le fait que l’eau de votre bassin a un pH trop élevé (valeur éventuellement supérieure à 9) et une dureté carbonatée trop faible. En pareil cas, je vous conseille d’utiliser un produit permettant de maîtriser les algues (p. ex. AlgoClear), puis de stabiliser l’eau, par exemple en incorporant de l’OptiLake, ainsi que d’ajuster le pH à une valeur optimale.

 

Question :

J’ai un bassin de 10 m3 dans lequel il y a une quarantaine de poissons. Quel est le nombre maximal de poissons que je pourrais mettre dedans ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
En principe, il n’y a pas de règle bien définie pour déterminer le nombre de poissons pouvant vivre dans un m3 d’eau. Il faut pourtant savoir que plus la densité de peuplement d’un bassin est élevée, plus il est difficile d’assurer la propreté et l’entretien de ce dernier. Il est évident que plus il y a de poissons, plus il faut d’aliments et plus il y a de pollution de l’eau, par exemple en raison des excréments des poissons. Par conséquent, si vous ne voulez pas investir trop de temps dans la préservation de la qualité de l’eau de votre bassin, vous devriez donc éviter une surpopulation. Deux ou trois poissons de la taille de la main par m3 d’eau ne devraient pas représenter une charge excessive pour votre bassin. Si vous voulez y mettre des poissons plus petits ou plus gros, vous pourrez augmenter ou diminuer leur nombre en conséquence.

 

Question :  

J’envisage la construction d’un bassin dans mon jardin. Quand le bassin sera fini, j’aimerais planter des plantes aquatiques sur les bords. Est-il possible pour cela d’utiliser du terreau ou de la terre végétale ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
L’utilisation de terreau horticole ou de terre végétale sur les bords d’un bassin est à proscrire dans tous les cas car ces substrats sont trop riches en éléments nutritifs, ce qui est fortement préjudiciable à la qualité de l’eau et, en règle générale, conduit à des problèmes de prolifération d’algues en raison de la surabondance de substances nutritives à la disposition de ces dernières. Il existe des substrats spéciaux dont la composition a été étudiée pour répondre de manière idéale aux conditions d’utilisation dans un bassin. C’est une terre de ce type que vous devriez utiliser si vous voulez mettre des plantes sur les berges de votre bassin.

 

 

Question :

J’ai planté des nénuphars dans mon bassin au printemps. Ils ne poussent toutefois que très lentement, et rien ne laisse actuellement présager leur croissance, sans parler d’une floraison magnifique. Que puis-je faire ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
L’aspect chétif des nénuphars que vous avez plantés peut s’expliquer de deux manières. D’une part, il se peut que le fond du bassin dans lequel se trouvent les plantes ne garantisse pas des conditions idéales de croissance. C’est souvent le cas lorsqu’un bassin existe depuis assez longtemps. En raison de la dégradation continue des matières organiques, les sédiments déposés dans l’eau au fil du temps sont généralement pauvres en oxygène (milieu anaérobie). Il en résulte que les plantes ne disposent pas de suffisamment d’oxygène ou d’éléments nutritifs au niveau de leurs racines. La déficience peut aussi s’expliquer par une éventuelle carence en éléments nutritifs, même si la qualité du fond du bassin est suffisante. Les plantes aquatiques ont en effet besoin d’un apport équilibré de macro-nutriments et d’oligo-éléments (comme le fer, le potassium, le calcium, le manganèse, etc.). Si ces éléments indispensables font défaut ou ne sont présents qu’en quantité insuffisante, on observe un ralentissement de la croissance des plantes qui sont également moins belles (feuilles translucides de couleur verdâtre à jaune). En pareil cas, il est conseillé d’incorporer dans l’eau un concentré d’éléments nutritifs équilibré (AquaFloraEnergen) spécialement formulé pour les plantes aquatiques ou les nénuphars.

 

 

Question :

Il y a maintenant deux ans que j’ai installé un système de filtration dans mon bassin. Un de mes amis m’a dit récemment que non seulement un filtre retenait les matières en suspension dans l’eau, mais qu’il favorisait aussi la dégradation de certaines substances toxiques pour les poissons. Est-ce que c’est vrai ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
C’est tout à fait vrai. Parallèlement à la filtration mécanique des substances en suspension et, en conséquence, à la diminution de la turbidité de l’eau, un filtre qui fonctionne bien favorise la dégradation de substances qui sont toxiques pour les poissons au-delà d’une certaine concentration comme les nitrites ou l’ammonium par exemple. Au bout de quelque temps, des micro-organismes minuscules s’installent sur les matériaux poreux qui sont intégrés dans les filtres (plaques en mousse ou masse filtrante spéciale) et en activent la superficie. Ces colonies bactériennes qui constituent souvent une fine couche glaireuse sur le matériau filtrant sont à même de dégrader les ions ammonium, nitrates et nitrites dissous dans l’eau lorsque celle-ci traverse le filtre. Ce processus est analogue à la filtration biologique ayant lieu dans une station d’épuration. Pour que les micro-organismes viennent coloniser un filtre neuf, il est souvent nécessaire d’ensemencer celui-ci en utilisant un produit spécifique (cultures bactériennes de démarrage). La remarque de votre ami est donc parfaitement juste.

 

Question :

J’ai entendu dire par plusieurs personnes que l’utilisation de filtres UV dans mon bassin pourrait ne permettre de lutter efficacement contre les algues. Quelles sont les précautions à prendre avec les appareils de ce type ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
Les filtres dits UV sont des filtres classiques associés à une source puissante de lumière ultra-violette qui émet des rayons fortement énergétiques sur le courant d’eau. Ces appareils mettent à profit l’action des radiations qui transportent beaucoup d’énergie, comme le rayonnement UV, sur les cellules et les micro-organismes qu’elles peuvent détruire en très peu de temps (tous ceux qui ont déjà eu un coup de soleil connaissent l’effet des rayons ultra-violets !). Compte tenu de ce mode d’action, les appareils à UV sont certainement très efficaces contre les algues. J’aimerais toutefois attirer votre attention sur le fait que les nombreux organismes vivants utiles qui se trouvent dans l’eau sont également endommagés de manière irréversible par ce rayonnement qui ne peut faire la différence entre bons et mauvais micro-organismes… C’est la raison pour laquelle la prudence est de mise. Je pense pour ma part que des mesures de contrôle biologico-écologique des algues sont préférables à l’utilisation d’appareils de ce type. Si vous tenez néanmoins à utiliser un filtre UV, veillez en tout cas à ce que l’appareil fonctionne en mode « bipasse », c’est-à-dire à ce qu’une partie seulement de l’eau soit traitée ou à ce que le fonctionnement soit intermittent.

 

Question :

J’ai mis dans mon jardin une grande cuve dans laquelle je recueille l’eau de pluie qui s’écoule du toit de ma maison afin de l’utiliser pour remplir mon bassin. Est-il nécessaire que je prenne certaines précautions ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
Votre question est tout à fait justifiée. Beaucoup de gens partent en effet du principe qu’une eau de pluie non traitée est la meilleure eau possible pour le remplissage d’un bassin. Or c’est là une grave erreur. L’eau de pluie est une eau pauvre en minéraux. Il lui manque par exemple l’hydrogénocarbonate de calcium, le carbonate de calcium et d’autres éléments qui sont indispensables dans l’eau d’un bassin. Sous nos latitudes, l’eau de pluie vient en outre dans l’atmosphère au contact des gaz rejetés par l’industrie et les véhicules, ce qui l’acidifie (tout le monde a entendu parler du problème des pluies acides). C’est la raison pour laquelle l’eau de pluie destinée à remplir un bassin devrait être traitée par des produits spécifiques, soit avant son introduction dans le bassin s’il s’agit d’un renouvellement partiel de l’eau, soit après, s’il s’agit d’un bassin vide devant être rempli en totalité. Je recommande en pareil cas l’utilisation de notre produit ClearLake. Pour remédier à une teneur éventuellement trop élevée de l’eau en phosphates, je conseille en outre une application de SeDox.

 

Question :

Nous ne voudrions pas vider notre bassin pendant l’hiver. Que pouvons-nous faire pour qu’il continue d’être agréable à regarder pendant la mauvaise saison et pour que la faune et la flore du bassin n’aient pas de trop de problèmes ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
Pour préparer votre bassin de manière optimale à la venue de l’hiver, nous vous conseillons de le nettoyer (aspiration de la vase, élimination des feuilles mortes, etc.) en septembre/octobre à la fin de la saison, puis d’appliquer du SeDox (60 g/m³) pour lier les phosphates. Ceci vous permettra de prévenir une poussée d’algues que quelques journées ensoleillées peuvent suffire à provoquer, même lorsqu’il fait froid. De plus, comme le  SeDox accélère la dégradation de la vase dans l’eau, de l’oxygène se trouve libéré, ce qui profite aussi aux plantes et organismes vivants contenus dans le bassin.

Par ailleurs, il conviendrait d’incorporer une dose d’OptiLake (100 g/m³) afin de stabiliser l’équilibre biologique et de dégrader les substances nocives (ammonium, nitrites, métaux lourds).

 

Question :

L’eau de notre bassin a souvent tendance à se troubler. Les valeurs mesurées à l’aide de papiers pH et KH sont normales. Par ailleurs, nos poissons se portent bien et les plantes ne semblent pas être affectées non plus. Quelle peut être la cause de cette turbidité et que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
Ce sont sans doute vos poissons qui en faisant tourbillonner les particules accumulées au fond du bassin (feuilles mortes, déchets végétaux, excréments d’animaux, etc.) provoquent la turbidité de l’eau. Il serait indiqué en l’occurrence d’utiliser du ClearLake. Ce produit contient des micro-organismes spéciaux qui dégradent les particules de saleté et s’opposent ainsi à la putréfaction et à la formation de gaz nauséabonds. Si le fond de votre bassin est fortement envasé, nous vous conseillons un traitement au SeDox. Ce produit favorise la dégradation de la vase, ce dont il résulte une augmentation de la teneur de l’eau en oxygène. De plus, le SeDox lie les phosphates qui constituent la principale source d’alimentation des algues et constitue donc un bon moyen de prévention d’une nouvelle croissance des algues.

Il est toutefois possible aussi qu’il y ait un problème de qualité de l’eau de votre bassin. Pour garantir des mesures précises, nous vous proposons une analyse en laboratoire ainsi que notre mallette AquaCheck. Cette dernière contient des kits de test qui vous permettront de déterminer exactement les valeurs du pH, de la dureté carbonatée KH et de la teneur en nitrites. Comme ces kits peuvent être utilisés à plusieurs reprises, vous pourrez procéder à des mesures à intervalles réguliers ce qui vous permettra, si les résultats venaient à varier, de détecter dans les meilleurs délais les changements intervenus dans la qualité de l’eau et de stabiliser à nouveau les paramètres en utilisant de l’OptiLake.

 

Question :

Nous possédons un bassin depuis quelques années et n’avions jamais eu de problèmes d’algues. Au printemps dernier, nous avons utilisé comme décoration des pierres naturelles provenant de la démolition d’une ancienne étable. Depuis lors, nous avons des algues en permanence. Se peut-il qu’il y ait un rapport avec les pierres ?

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
Les pierres naturelles, tout comme d’ailleurs différents types de béton et de ciment, peuvent libérer des phosphates dans l’eau pendant des années. Mais il peut aussi s’agir d’un apport unique résultant d’un lessivage. Si c’est effectivement le cas, un traitement au SeDox, le produit que nous avons spécialement conçu pour fixer les phosphates, devrait vous permettre de résoudre le problème.
Si au bout de 6 à 8 semaines d’action du SeDox, les algues devaient toutefois se remettre à proliférer, il serait indiqué d’enlever les pierres. Si vous ne le souhaitez pas, il sera alors indispensable d’appliquer régulièrement du SeDox pour « couper les vivres » aux algues en éliminant au fur et à mesure les phosphates diffusés en permanence dans l’eau. Pour prévenir en outre la croissance des algues ou éliminer les algues déjà présentes, vous devriez en outre utiliser de l’AlgoClear en complément.

 

Question :  

Nous avons un petit bassin qui est majoritairement alimenté par de l’eau de pluie.  Malheureusement, les plantes aquatiques ont tendance à végéter et les poissons rouges paraissent languissants. A quoi cela peut-il tenir ? L’eau de pluie est pourtant bien une eau de bonne qualité.

Réponse de l’équipe Lavaris-Lake :
L’expérience montre que dans les bassins alimentés par de l’eau de pluie, la dureté carbonatée est très faible et que la valeur KH se situe généralement bien au dessous de 5° dH. Comme cette valeur a aussi une incidence sur celle du pH, ces bassins peuvent rapidement se trouver dans une dangereuse situation de déséquilibre. Il n’est alors pas rare qu’il se forme des substances toxiques pour les poissons. En pareil cas, il est indispensable de traiter l’eau en utilisant de l’OptiLake. Suivant la valeur KH, il arrive même souvent qu’il faille appliquer une double dose de produit pour parvenir à rétablir l’équilibre biologique de l’eau. Afin de garantir que les plantes disposent de suffisamment d’éléments nutritifs, il est conseillé en outre d’utiliser de l’AquaFloraEnergen. Enfin, il convient de vérifier régulièrement les paramètres de qualité de l’eau (p. ex. à l’aide de la mallette Aqua-Check) !

Tagged under: Support FAQ Fragen

Login or Register